Le Gua Sha (prononcer « Goua Sha ») a été utilisé pendant des siècles en Asie, dans les communautés d’immigrants asiatiques et par les acupuncteurs et les praticiens de la médecine traditionnelle d’Asie orientale dans le monde entier.  Il est parfois appelé spooning par les anglophones, cạo gió au Vietnam qui signifie « gratter le vent », kerikan en Indonésie qui signifie « technique du grattage ».

Le Gua Sha consiste à exercer une pression localisée sur la peau, à l’aide d’un instrument à bords arrondis. Il a pour effet d’expulser hors des vaisseaux sanguins les toxines qui obstruent les tissus et les muscles, d’évacuer la chaleur du sang stimulant de ce fait la normalisation des processus circulatoires et métaboliques. Le Gua Sha augmente la micro-circulation de surface qui stimule les réponses immunitaires et anti-inflammatoires. Étant donné qu’il permet de dissoudre les stases des liquides corporels, le Gua Sha s’avère très efficace dans le traitement des douleurs, dans la prévention et le traitement de maladies aiguës et infectieuses, dans le traitement des affections des voies respiratoires supérieures et des problèmes de digestion, ainsi que bien d’autres troubles chroniques ou aigus.

L’outil avec lequel nous faisons le Gua Sha est nommé de même Gua Sha. Il est fait en corne de buffle Indien, appelé buffle d’eau, qui est un matériau très dur et de nature froide. La corne de buffle est le 2ème matériau le plus froid après la corne de rhinocéros mais dix fois plus dur que cette dernière. Cette notion de nature froide, c’est à dire ayant des propriétés de refroidissement, est importante, notamment quand il s’agit  de remonter à la surface une chaleur interne bloquée en profondeur.